Jean Vilar : d'une mobilisation citoyenne exemplaire à un espace vert et convivial


Nous sommes très heureux que le comité Jean Vilar interpelle, sur un pied d’égalité, les collectifs qui se sont constitués pour les municipales. Depuis 3 ans, le comité Jean Vilar montre la force d’une mobilisation citoyenne qui a dépassé, dès le départ, les étiquettes de partis. Vous avez affirmé que la salle Jean Vilar, et le site de l’ancienne île d’Argenteuil, sont des biens communs des citoyennes et citoyens d’Argenteuil, et que cela doit guider la façon dont nous gérerons leur avenir.

Plusieurs membres de notre liste, dont notre tête de liste, ont participé et continuent à participer à l’action du comité, comme ceux d’autres listes. Nous espérons que cette collaboration se poursuive au-delà des élections, car les dangers que nous affrontons depuis le début nous menacent toujours, quel que soit le résultat des élections.

Nous devons affronter les intérêts financiers du promoteur qui a travaillé sur ce projet au cours des deux derniers mandats. Il a obtenu une promesse de vente (même si nous espérons que la justice administrative l’annulera), une modification du PLU, des autorisations des commissions d’aménagements en matière commerciale et cinématographique, et du préfet. Le projet qu’il a présenté montre une absence totale d’intérêt pour le patrimoine argenteuillais, patrimoine paysager et culturel.

Le fait que le maire actuel et son prédécesseur aient porté ce projet, que la députée ait toujours refusé de se prononcer publiquement, suggère que les intérêts en jeu sont lourds, et que seule la mobilisation massive des Argenteuillais pourra les contrer. Plus de 7000 personnes ont déjà signé la pétition ; plus de 400 ont donné un avis personnel dans les enquêtes publiques ; beaucoup ont participé aux ateliers, pique-niques, réunions publiques du comité. Nous sentons là une démocratie en marche, en action.

Nous nous engageons à tout faire, une fois en responsabilité municipale, pour atteindre les objectifs du comité :

  • abandonner le projet Cap Héloïse,
  • maintenir l’ensemble de l’ancienne île (du rond point Marcel Dassault à la CAF) en propriété communale,
  • que Jean Vilar reste une salle municipale publique à vocation culturelle,
  • ne pas réaliser sur ce site de constructions nouvelles (au-delà de la réhabilitation ou reconstruction du complexe Jean Vilar),
  • en particulier, ne pas construire de multiplexe de cinéma sur l’ancienne île,
  • aménager l’ancienne île en parc paysagé qui préserve les arbres existants,
  • aménager les berges de Seine pour les rendre accessibles aux piétons.

La première liste d’engagements publiée en juin 2019 par Argenteuil en commun fixait un cadre :

  • Aménager toute l’île Héloïse à l’exemple du parc de la Villette, avec une promenade en bord de Seine, adaptée aux préadolescents et aux enfants comme aux seniors, et avec une nouvelle salle Jean Vilar, accueillant des festivals ;
  • Créer un parcours impressionniste, de la maison de Claude Monet aux sites qu’il a peints à travers Argenteuil ;
  • Créer un pôle où sortir, à proximité de l’une des gares, spécialement pour les jeunes et les étudiants : bars restaurants, club, bowling, vie culturelle…

Comment concrétiser cet aménagement ? Comment harmoniser (à l’opposé des aménagements décousus de ces dernières années) les espaces et les rythmes des différents équipements de l’île : Jean Vilar, les parcs, le marché, les équipements sportifs, le bord de Seine ? Nous allons y travailler ensemble : la mobilisation depuis 3 ans « contre » le projet actuel peut devenir, avec Argenteuil en commun, mobilisation « pour » inventer collectivement ce que deviendra cet espace pour les prochaines années et décennies.

Et pour que toute la population soit associée, ceux qui auront eu beaucoup de temps pour s’impliquer dans ces travaux comme ceux qui ne les auront suivi que de loin, nous soumettrons à un référendum local le projet qui en sortira. Référendum « pour ou contre » si un seul projet a émergé ; vote entre plusieurs projets si les travaux collectifs ont dégagé plusieurs alternatives.

Ce référendum sera ouvert à toutes et tous les Argenteuillaises et Argenteuillais, quelle que soit leur nationalité, car toutes et tous font vivre, utilisent, et financent cet espace commun !

Argenteuil redeviendra agréable à vivre, attractive, fière de son paysage et de son patrimoine, rayonnante dans notre région et dans le monde. Travaillons-y en commun !